samedi 21 mars 2015

Cahiers Agricultures // Volume 22, numéro 1, Janvier-Février 2013 Appropriations foncières et modèles agricoles


26.02.2015 - Culturesmonde
Les nouveaux visages de l'agriculture (4/4) - Quand la finance investit dans la terre


Quatrième et dernière étape de notre semaine dédiée aux nouveaux visages de l'agriculture, ce matin: l'intérêt croissant des investisseurs pour "la terre".
Nous irons du côté de Madagascar, un pays particulièrement touché par le phénomène d’accaparement des terres comme nous le dira Perrine Burnod, économiste, chercheur au CIRAD basée à Antananarivo…
---------------------

VOLUME 22, NUMÉRO 1, JANVIER-FÉVRIER 2013

REMERCIEMENTS

En accès libreREMERCIEMENTS (p.3) 

Article introductif

Étude originale

Original Study

L’agriculture sur Internet

Analyses d’ouvrages

vendredi 20 mars 2015

MONSIEUR ALBERT A UN PROBLEME Luc Riolon

MONSIEUR ALBERT A UN PROBLEME from Luc Riolon on Vimeo.

Camille Al Dabaghy Le prix de l’eau Hiérarchies urbaines, voisinage hydrique et communalité à Diégo-Suarez (Madagascar)

 

EHESS Camille Al Dabaghy





Résumé 

À Diégo-Suarez, le sens et la portée de la politique publique de l’eau ont été remis en cause par la marchandisation imposée par différents acteurs de l’aide internationale. Comme dans d’autres contextes urbains post-coloniaux, les inégalités d’accès à l’eau y recoupent les inégalités socioéconomiques. Or, depuis l’instauration de la gestion payante en 2004, le gouvernement municipal ne peut plus garantir l’équité que permettait la dualité d’un système alliant la consommation payante (aux branchements domestiques) à la consommation gratuite (aux bornes-fontaines). Travailler sur les modes de subjectivation, les pratiques sensorimotrices et les transactions liés à l’approvisionnement quotidien en eau permet de saisir la complexité et l’imbrication des dynamiques de stratification sociale et de formation du pouvoir communal telles qu’elles sont localement déterminées par un principe d’autochtonie ethnicisé et un pluralisme normatif institutionnalisé.


Mots-clés
  • Diégo-Suarez/Antsiranana (nord de Madagascar),gestion de l’eau,citoyenneté urbaine,commune,fokontany-fokonolona (quartier-habitants du quartier),inégalités sociales
  1. Inégalités d’accès à l’eau
  2. Politique communale de l’eau et équité
  3. De l’autogestion à la notabilité microlocale
    1. Le PAIQ : opérateur de fait de la marchandisation
    2. « Ils en ont fait une source de revenus »
    3. Le kartié et l’enchâssement problématique des idéologies globale et locale
    4. Monétarisation des micro-rapports sociaux
  4. Eau gratuite, bien commun
  5. Dominations et communalité

Bibliographie

  • Baron, Catherine — 2006, « Mutations institutionnelles et recompositions des territoires urbains en Afrique. Une analyse à travers la problématique de l’accès à l’eau », Développement durable et territoires 6 / (en ligne).
  • Barraqué, Bernard — 1995, « Les politiques de l’eau en Europe », Revue française de science politique 45 (3) : 420-453.
  • Berger, Laurent et Olivier Branchu — 2005, « L’islam à l’épreuve de l’ancestralité dans les villes et campagnes du nord de Madagascar », in M. Gomez-Perez ed., L’islam politique au sud du Sahara. Identités, discours et enjeux. Paris, Karthala : 69-118.
  • Blanchy, Sophie, Jean-Aimé Rakotoarisoa, Philippe Beaujard et Chantal Radimilahy — 2006, Les dieux au service du peuple. Itinéraires religieux, médiations, syncrétisme à Madagascar. Paris, Karthala.
  • Blanc-Pamard, Chantal et Emmanuel Fauroux — 2004, « L’illusion participative. Exemples ouest-malgaches », Autrepart (31) : 3-19.
  • Bois, Dominique — 2004, « Les équipements en eau à Diégo-Suarez / Un échec de l’urbanisme colonial », in C. Chanson-Jabeur, C. Coquery-Vidrovitch et O. Goerg eds., Politiques d’équipement et services urbains dans les villes du Sud. Étude comparée. Paris, L’Harmattan : 213-231.
  • Bousquet, Anne et Sylvie Jaglin — 2007, « Conflits d’influence et modèles concurrents. L’essor de la privatisation communautaire dans les services d’eau d’Afrique subsaharienne ». Working Paper.
  • Caligaris, Thierry Roger — 2010, « Les paradoxes de la province malgache d’Antsiranana. Potentialités et réalités ». Thèse de doctorat, Université de La Réunion.
  • Fontein, Joost — 2008, « The power of water. Landscape, water and the state in southern and eastern Africa. An introduction », Journal of Southern African Studies 34 (4) : 737-756.
  • Jaglin, Sylvie et Marie-Hélène Zérah eds. — 2010, Eau des villes. Repenser des services en mutation (Tiers Monde 203).
  • Miakatra, Soamarina Landitiana et Elisé Asinome — 2011, « Le lavoir public à Toamasina (Madagascar). Enjeux autour d’un espace à multiples fonctions », Tsingy 14 : 163-174.
  • Mosse, David — 2003, The rule of water. Statecraft, ecology and collective action in South India. New Delhi, Oxford University Press.
  • Neveu, Catherine — 2005, « Anthropologie de la citoyenneté ». Mémoire d’habilitation à diriger des recherches. Université de Provence Aix-Marseille I.
  • Ottino, Paul — 1998, Les champs de l’ancestralité à Madagascar. Parenté, alliance et patrimoine. Paris, Karthala-Éditions de l’ORSTOM.
  • Raison-Jourde, Françoise — 1994, « La constitution d’une utopie du fokonolona comme mode de gouvernement par le peuple dans les années 1960-1973 à Madagascar », Omaly sy Anio 33-36 : 675-712.
  • Raison-Jourde, Françoise et Solofo Randrianja — 2002, La nation malgache au défi de l’ethnicité. Paris,Karthala.
  • Ramamonjisoa, Suzy — 1980, « Le fokontany à Madagascar. Approche géographique », Revue malgache de géographie 37 : 9-62.
  • Zelizer, Viviana — 2005, The purchase of intimacy. Princeton, Princeton University Press.

Raison-Jourde Françoise Le travail et l'échange dans le discours d'Andrianampoinimerina 1978





























Erick Andrianirina Rabemananoro Le drame des « investissements irréversibles » à MadagascarQuand la comédie se mue en tragédie Afrique contemporaine 251


 

Résumé

Chaque crise politique voit un échange de coups stratégiques entre les différents acteurs, dans le but de prendre l’avantage sur la partie adverse. L’incapacité à établir un dialogue entre pouvoir et opposition entraîne alors inexorablement une montée de la tension politique. Cette situation transforme alors l’échange relativement non-violent d’intimidations et de bluff (la « comédie »), en un échange de surenchères de plus en plus violentes (la « tragédie »). Certains de ces coups sont irréversibles et peuvent être conçus comme des investissements dans le but de modifier la configuration politique. Ceux-ci peuvent produire des résultats (positifs ou négatifs à court ou moyen terme), mais ont également sur le temps long des effets pervers qui entretiennent le potentiel crisogène.
Mots clés
  • Madagascar crise,Winning Coalition,répression,ultimatum,coup d’état

Bibliographie

  • Andriamandroso, D. (2011), Savorovoro politika miverimberina : inona no fanefitra, Antananarivo, Denis Books.
  • Bangoura, M. (2006), Violence politique et conflits en Afrique, Paris, L’Harmattan.
  • Banque mondiale (2010), “Governance and Development Effectiveness Review. A Political Economy Analysis of Gouvernance in Madagascar”, Washington, Banque mondiale.
  • Barbier, C. (2013), « Au Pérou, coup dur pour le nouveau Sentier lumineux », Le Monde, 28 août.
  • Blazek, S. (2010), Power Struggles and Conflict Recurrence. An Examination of Political Competition in Madagascar, Washington DC, American University.
  • Bueno de Mesquita, B., Morrow, J., Siverson, R., Smith, A. (2002), “Testing the Selectorate. Explanation of the Democratic Peace”, université de New York, www.nyu.edu.
  • Dobry, M. (2009), Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Galibert, D. (2009), Les Gens du pouvoir à Madagascar, Paris, Karthala-CRESOI/université de la Réunion.
  • George, A. (1997), “Forceful Persuasion. Coercitive Diplomacy as an Alternative to War”, Washington DC, United States Institute of Peace, 3e éd.
  • Heidelberg Institute on International Conflict Research (2009), “Conflict Barometer 2009”, Heidelberg, université de Heidelberg.
  • Huntington, S. (1991-1992), “How Countries Democratize”, Political Science Quarterly, vol. CVI, n° 4, p. 579-616.
  • Jutersonke, O., Kartas, M. (2010), “Peace and Conflict Impact Assessment”, Madagascar, Genève, Centre d’études sur les conflits, le développement et la paix.
  • Kerbœuf, A.-C. (2001), « La “racaille” et les “intrigants” », Égypte/Monde arabe, 2e série, n° 4-5, p. 55-80.
  • Kergueris, J. (2002), « L’investissement : définition et concept », www.senat.fr, 29 octobre.
  • Lavoix, H. (2005), « Indicateurs et méthodologies de prévision des crises et conflits », Paris, Agence française de développement.
  • Madagascar-Tribune (2009), « Place du 13 mai : Rajoelina demande la destitution de Ravalomanana et se proclame responsable de l’exécutif », www.madagascar-tribune.com, 31 janvier.
  • Marc, A. (2014), « Repenser l’État en situation de fragilité : réflexion sur la reconstruction des institutions », in S. Randrianja, Les Crises malgaches, un diagnostic pluridisciplinaire, Antananarivo, Institut d’études politiques, p. 48-64.
  • Marguin, J. (2005), « Approche systémique des crises et aide à la décision stratégique », Paris, Fondation pour la recherche stratégique.
  • Politique africaine (2002), Madagascar, les urnes et la rue, Paris, Karthala.
  • Quermonne, J.-L. (2003), L’Alternance au pouvoir, Paris, Montchrestien.
  • Rabary, P. (2012), « Crise identitaire et crise de valeurs », in Vanf, « Madagascar, crises cycliques, culture et développement : les conditions de la relance », Antananarivo, Nota Bene.
  • Rabemananoro, É. (2008), « Modélisation d’un radar de suivi de la tension politique (RSTP) afin d’anticiper les crises violentes à Madagascar », Antananarivo, Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS).
  • Rabemananoro, É. (2012), « Crises cycliques malgaches : mêmes causes, mêmes effets », Antananarivo, Nota Bene, p. 55-59.
  • Rafitoson, K., Randriamampianina, M. (2014), « La voix du peuple, que pense la population des crises récurrentes ? », in S. Randrianja, Les Crises malgaches, un diagnostic pluridisciplinaire, Antananarivo, Institut d’études politiques, p. 105-111.
  • Raison-Jourde, F., Randrianja, S. (2002), « Introduction », in F. Raison-Jourde, S. Randrianja, La Nation malgache au défi de l’ethnicité, Paris, Karthala, p. 8-36.
  • Ranjeva, R. (2012), « Postface », in S. Randrianja, Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Karthala, p. 279-284.
  • Ratsimbaharison, A. (2012), “The Obstacles and Challenges to Democratic Consolidation to Madagascar (1992-2009)”, Columbia.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (2002), « Le scrutin présidentiel du 16 décembre 2001 : les enjeux d’une élection contestée », Politique africaine, n° 86, Paris, Karthala, p. 201.
  • Schelling, T. (1960), The Strategy of Conflict, Cambridge, Harvard University Press.
  • Urfer, S. (2003), « Le doux et l’amer », Antananarivo, Foi et Justice.
  • Urfer, S. (2006), « L’espoir et le doute », Antananarivo, Foi et Justice.
  • Urfer, S. (2010), « La crise et le rebond », Antananarivo, Foi et Justice.
  • Veron, J.-B. (2010), « L’Afrique postindépendances : 50 ans de crises ? L’exemple de Madagascar », Afrique contemporaine, n° 235, p. 115-126.

Mireille Razafindrakoto Élites, pouvoir et régulation à MadagascarUne lecture de l’histoire à l’aune de l’économie politique // Afrique contemporaine 2014/3 (n° 251)



Plan de l'article

  1. Du xviiie siècle à 1895 : le développement de l’État
  2. De 1895 à 1972 : le bouleversement colonial et la Première République
  3. De 1972 à 1991 : la malgachisation et l’extension de la rente étatique
  4. De 1991 à 2002 : les errements de l’ouverture économique et démocratique
  5. Conclusion

Résumé

Cet article vise à fournir un cadre interprétatif de la trajectoire malgache sur le long terme en retraçant les nœuds structurants de son économie politique. La concomitance de périodes d’expansion économique et de crises politiques laisse en effet supposer qu’une des sources essentielles des difficultés rencontrées par le pays est sa faible capacité à instaurer un consensus politique stable autour des processus d’accumulation et des modes de répartition des richesses. Dans cette hypothèse, la compréhension de la trajectoire malgache passe par une relecture de l’histoire longue en vue de mettre en évidence, de la période coloniale à nos jours, les principaux acteurs, les sources de pouvoir et de richesse, les modes de régulation économique et sociale et les contradictions du système. Nous distinguons six grandes périodes, chacune séparée par une nette rupture qui ne réussit pas à en résoudre les principales contradictions.
Mots clés
  • Madagascar,économie politique,crise,répartition des richesses

RAZAFINDRAKOTO Mireille
Directrice de recherche IRD
CVFrançais CVEnglish contact
Axes de recherche : Croissance, redistribution et rôle de l’Etat; Multiples dimensions de la pauvreté et bien-être subjectif; Gouvernance, démocratie et conditions de vie des ménages; Insertion sur le marché du travail.

Bibliographie

  • Althabe, G. (1980), « Les luttes sociales à Tananarive en 1972 », Cahiers d’études africaines, n° 80, p. 407-447.
  • Archer, R. (1976), Madagascar depuis 1972. La marche d’une révolution, Paris, L’Harmattan.
  • Banque mondiale (2009), « Pour que la terre tourne… aussi à Madagascar. Vers un agenda de relance économique », http://blogs.worldbank.org/files/africacan/Madagascar_Update_in_French.pdf.
  • Banque mondiale (2013a), “Republic of Madagascar. Primary Education in Times of Crisis”, World Bank Document, report n° ACS6584.
  • Banque mondiale (2013b), « Madagascar. Vue d’ensemble », www.banquemondiale.org.
  • Bloch, M. (1983), « La séparation du pouvoir et du rang comme processus d’évolution. Une esquisse du développement des royautés dans le centre de Madagascar » in F. Raison-Jourde, Les Souverains de Madagascar. L’histoire royale et ses résurgences contemporaines, Paris, Karthala, p. 265-298.
  • Cadoux, C. (1993), « La constitution de la Troisième République malgache », Politique africaine, n° 52, p. 58-66.
  • Cling, J.-P., Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (2005), “Export Processing Zones in Madagascar. A Success Story under Threat?”, World Development, vol. XXXIII, n° 5, p. 785-803.
  • Cole, J. (2001), Forget Colonialism? Sacrifice and the Art of Memory in Madagascar, Oakland, University of California Press.
  • Delval, R. (1994), « Le fédéralisme, forme nouvelle de l’ethnicité », in F. Deleris, Madagascar (1991-1994). Dans l’œil du cyclone, Paris, L’Harmattan, p. 41-66.
  • D’Ersu, L. (2009), « Changement d’homme providentiel à Madagascar », Études, n° 4115.
  • Dorosh, P. et al. (2003), Moteurs économiques pour la réduction de la pauvreté à Madagascar. Analyse économique améliorée pour la prise de décision à Madagascar, USAID, Cornell University.
  • Fanomezantsoa, A. (1993), « Le régicide ambigu ou le mouvement de 1991 vu de Tamatave », Politique africaine, n° 52, p. 40-49.
  • Galibert, D. (2009), « Mobilisation populaire et répression à Madagascar », Politique africaine, n° 113, p. 139-151.
  • Galibert, D. (2011), Les Gens de pouvoir à Madagascar, Paris, Karthala.
  • Gastineau, B., Gubert, F., Robilliard, A.-S., Roubaud, F. (2010), Madagascar face au défi des Objectifs du millénaire pour le développement, Marseille, IRD Éditions.
  • Gendarme, R. (1960), L’Économie de Madagascar. Diagnostic et perspectives de développement, Paris, Cujas.
  • Gingembre, M. (2011), « Match religieux en terrain politique. Compétition entre Églises chrétiennes et chute du régime Ravalomanana à Madagascar », Politique africaine, n° 123, p. 51-72.
  • Goguel, A.-M. (2006), Aux origines du mai malgache. Désir d’école et compétition sociale (1951-1972), Paris, Karthala et AUF.
  • Gubert, F., Robilliard, A.-S. (2010), « Croissance et pauvreté à Madagascar : un aperçu de la dernière décennie (1997-2007) », in B. Gastineau, F. Gubert, A.-S. Robilliard, F. Roubaud (dir.), Madagascar face au défi des Objectifs du millénaire pour le développement, Marseille, IRD Éditions, p. 25-52.
  • Hugon, P. (1976), Économie et enseignement à Madagascar, Paris, IIEP.
  • Hugon, P. (1986), « La crise économique à Madagascar et l’intervention du Fonds monétaire international », Canadian Journal of African Studies, vol. XX, n° 2, p. 186-218.
  • Hugon, P. (1989a), « Conjoncture et politiques économiques depuis l’indépendance », Annuaire des pays de l’océan Indien, vol. I, 1974, in Jean Benoist et Centre d’études de géographie tropicale (Talence, Gironde), La Deuxième République malgache, Aix-en-Provence, CEGET, Presses universitaires d’Aix-Marseille, p. 53-72.
  • Hugon, P. (1989b), « Incidences sociales des politiques d’ajustement », Tiers-Monde, n° 117, p. 59-84.
  • Jerven, M. (2013), Poor Numbers. How we are Misled by African Development Statistics and what to Do about It, Ithaca et Londres, Cornell University Press.
  • Jütersonke, O., Kartas, M. (2010), Peace and Conflict Impact Assessment (PCIA), Madagascar, Genève, IHEID.
  • Kantorowicz, E. (1989), Les deux corps du Roi (1957), Gallimard, Paris.
  • Khan, M. (2010), “Political Settlements and the Governance of Growth-Enhancing Institutions”, SOAS Working Paper.
  • Lahiniriko, D.-A. (2012), « Les structures politiques nationalistes tananariviennes de la Seconde Guerre mondiale à la Première République. Union, unanimisme et division partisane dans la culture politique nationaliste (1945-1958) », thèse de doctorat, université d’Antananarivo et Paris-1.
  • Leymarie, P. (1989), « Le président Ratsiraka, champion de l’entreprise privée », Le Monde diplomatique, janvier.
  • North, D., Wallis, J., Webb, S., Weingast, B. (2012), In the Shadow of Violence. Politics, Economics and the Problem of Development, Cambridge et New York, Cambridge University Press.
  • North, D., Wallis, J., Weingast, B. (2009), Violence and Social Order, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Paternostro, S., Razafindravonona, J., Stifel, D. (2001), “Changes in Poverty in Madagascar (1993-1999)”, Africa Region Working Paper Series, n° 19, Washington DC, Banque mondiale.
  • Pellerin, M. (2009), « Madagascar : un conflit d’entrepreneurs ? Figures de la réussite économique et compétitions politiques », Politique africaine, n° 113, p. 12-165.
  • Rabetafika, R. (1990), Réforme fiscale et révolution socialiste à Madagascar, Paris, L’Harmattan.
  • Raison, J.-P. (1973), « Utilisation du sol et organisation de l’espace en Imerina ancienne », Tany Malagasy, n° 13.
  • Raison, J.-P. (1991), « Dynamismes ruraux et contrastes fonciers dans Madagascar en crise », Revue Tiers-Monde, n° 128, p. 901-915.
  • Raison, J.-P. (2002), « Économie politique et géopolitique des barrages routiers », Politique africaine, n° 86, p. 120-137.
  • Raison-Jourde, F. (dir.) (1983), Les Souverains de Madagascar. L’histoire royale et ses résurgences contemporaines, Paris, Karthala.
  • Raison-Jourde, F. (1991), Bible et pouvoir à Madagascar au xixe siècle : invention d’une identité chrétienne et construction de l’État (1780-1880), Paris, Karthala.
  • Raison-Jourde, F. (1995), “The Madagascan Churches in the Political Arena and their Contribution to the Change of Regime (1990-1993)”, in P. Clifford (ed.), The Christian Churches and the Democratisation of Africa, Leiden, E.J. Brill, p. 292-301.
  • Raison-Jourde, F., Roy, G. (2010), Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : de Monja Jaona à Ratsimandrava (1960-1975), Paris, Karthala.
  • Ramamonjisoa, J. (1984), « Blancs et Noirs : les dimensions de l’inégalité sociale. Documents sociolinguistiques », Cahiers des sciences sociales, n° 1, université de Madagascar, p. 39-45.
  • Ramasy, J.-F. (2010), « Madagascar : les forces armées garantes de la stabilité politique et démocratique ? », Identity, Culture and Politics, vol. XI, n° 2, p. 1-42.
  • Ramasy, J.-F. (2012), « Militaires et système politique », in S. Randrianja (dir.) (2012), Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Karthala, p. 67-96.
  • Randriamalala, H., Liu, Z. (2010), « Bois de rose de Madagascar : entre démocratie et protection de la nature », Madagascar Conservation et Development, vol. V, n° 1, p. 11-22.
  • Randriamaro, J.-R. (1997), PADESM et luttes politiques à Madagascar. De la fin de la Deuxième Guerre mondiale à la naissance du PSD, Karthala, Paris.
  • Randrianja, S. (2005), « Ravalomanana, 2002-2005. Des produits laitiers aux affaires nationales », Working Paper Swisspeace, Bern, mars.
  • Randrianja, S. (2012), « Les années Ravalomanana (2002-2009) », in S. Randrianja (dir.), Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Karthala, p. 239-277.
  • Randrianja, S., Ellis, S. (2009), Madagascar. A Short History, Chicago, University of Chicago Press.
  • Ravaloson, R. (2000), Transition démocratique à Madagascar, Paris, L’Harmattan.
  • Razafimbelo, C. (1997), « Histoire de Madagascar : l’indépendance », Didaktika.
  • Razafindrakoto, M., Razafindrazaka, D., Wachsberger, J.-M. (2009), « Les Malgaches et la démocratie : principes, fonctionnement, participation », Afrobarometer Briefing Paper, n° 64.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (1999), « La dynamique du marché du travail dans l’agglomération d’Antananarivo entre 1995 et 1999 : la croissance économique profite-t-elle aux ménages ? », Revue Économie de Madagascar, n° 4, p. 103-137.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (2002), « Madagascar à la croisée des chemins : la croissance durable est-elle possible ? », Afrique contemporaine, n° 202-203, p. 75-92.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (2003), “Wage and Corruption. The Case of Madagascar”, Global Corruption Report 2003, Transparency International, p. 292-294.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F. (2010), « La pauvreté urbaine à Madagascar : dynamique, déterminants et politiques », in B. Gastineau, F. Gubert, A.-S. Robilliard, F. Roubaud (éds.), Madagascar sur le chemin des OMD, Marseille, IRD Éditions, p. 87-118.
  • Razafindrakoto, M., Roubaud, F., Wachsberger, J.-M. (2014), « L’île mystérieuse : une approche d’économie politique de la trajectoire longue de Madagascar », Canadian Journal of Development Studies/Revue canadienne d’études du développement, Special Issue.
  • Razafindralambo, L.N. (2005a), « Construction d’identité et relations de dépendance : descendants d’anciens maîtres et descendants d’anciens “esclaves” en Imerina », Taloha, n° 14-15.
  • Razafindralambo, L.N. (2005b), « Inégalité, exclusion, représentations sur les Hautes Terres centrales de Madagascar », Cahiers d’études africaines, vol. XLV, n° 3-4, p. 879-903.
  • Roubaud, F. (2000), Identités et transition démocratique : l’exception malgache ?, Paris, L’Harmattan.
  • Spacensky, A. (1970), Madagascar : cinquante ans de vie politique, de Ralaimongo à Tsiranana, Paris, Nouvelles Éditions latines.
  • Tronchon, J. (1974), L’Insurrection malgache de 1947. Essai d’interprétation historique, Paris, Maspero.
  • Tronchon, J. (1995), « Madagascar : Église et non-violence », Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n° 46, p. 52-77.
  • Urfer, S. (1993), « Quand les Églises entrent en politique… », Politique africaine, n° 52, p. 31-39.
  • Vérin, P. (1990), Madagascar, Karthala, Paris.
  • Vivier, J.-L. (2007), Madagascar sous Ravalomanana : la vie politique malgache depuis 2001, L’Harmattan, Paris.